Le mandala de Lespès

Depuis juin, le mandala de Lespès est en gestation. La tonte de la résidence a été récupérée deux fois, plus celle d’une résidence voisine, si bien que très vite le futur jardin partagé a pris forme. Les buttes d’herbe ont commencé à se dégrader en fermentant grâce aux microorganismes présents dans le sol. Ce faisant, la chaleur du processus ajoutée à l’absence de lumière ont eu raison des herbes recouvertes. Il a donc été facile, il y a huit jours (le 17 octobre 2018), de désolidariser les racines à la grelinette pour un désherbage rapide à la main et d’ameublir la terre pour les premières plantations, la menthe, la bourrache et les boutures de framboisiers.

Pour ce deuxième atelier (mercredi 24 octobre), Sonia a apporté des graines offertes à Libre Cueillette par Kokopelli. Les pois à rames et la salade sont semés sur un des rayons après en avoir ameubli la terre selon la même technique. En bout de plate-bande, une chayotte apportée par une résidente est plantée en profondeur. Elle a déjà bien commencé à faire des racines, il ne devrait pas y avoir de problème pour qu’elle pousse. Nous l’imaginons déjà grimper sur une structure en arc de cercle qui formera l’entrée nord-ouest. Enfin, une autre résidence a coupé cinq rameaux de romarin qu’elle a mis à tremper dans l’eau pendant deux jours. Ils sont plantés à la place d’honneur, au centre du mandala, à l’endroit où nous projetons de réunir un assortiment d’aromatiques. Ces activités intriguent et intéressent le voisinage. Petit à petit, la nouvelle de la création d’un jardin partagé se répand dans la résidence…

Pin sylvestre ?
Le mandala de Lespès
Mot clé :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *