Potager Amalur, travaux d’automne

Semis de fèves et mise en terre de jeunes plants de poireaux avec un ajout de terreau

Depuis la mi-avril, date de sa création, le potager Amalur est rapidement devenu florissant. En l’espace de six mois, les cultures annuelles se sont déjà succédé entre les plants de vivaces maintenant bien installés. Radis, pommes de terre, haricots, tomates, salades, choux ont fourni les premières productions partagées entre les jardiniers. Les piments, un peu trop piquants, attendent encore un amateur, les patates douces, plantées un peu tardivement, se développent tranquillement à l’abri des regards, leurs réserves alimentées par l’activité de photosynthèse des feuilles encore bien vertes. Les carottes, trop gourmandes, sont demeurées longtemps chétives, contrairement aux blettes et au cèleri branche qui prospèrent et occupent une large place.

Carottes et artichauts

Tout ne prend pas automatiquement, mais Sonia, l’animatrice de Libre Cueillette, encourage les apprentis jardiniers à expérimenter et tester. Alors que la terre, très argileuse, paraissait peu convenir aux cultures gourmandes des plantes potagères, un apport systématique et permanent de matière organique a commencé à en améliorer la structure. D’abord des prêles et des fougères ont été cueillies lors de balades familiales en bord de Nive et répandues en surface. Les déchets verts de cuisine ont été pour partie découpés en petits morceaux et étalés sur le potager pour nourrir les limaces afin qu’elles épargnent les jeunes plants de légumes, tandis que le reste était jeté au composteur collectif.

Des œufs de limace dans le potager !

Les graines enfouies dans la terre ont germé, donnant naissance aux herbes sauvages qui ont amorcé la vie de la microfaune, bactéries, champignons, vers de terre. Croissant plus rapidement que les légumes, un désherbage sélectif a été opéré au bout de quelques semaines, et les plants déracinés couchés en surface comme paillage pour ne pas laisser la terre nue. Une entente s’est nouée avec l’entreprise qui assure l’entretien des pelouses des deux résidences Escoundé et Lagunekin de façon à récupérer une partie de la tonte, toujours dans le but de servir de paillage pour alimenter la vie du sol. L’automne est une bonne saison pour effectuer des amendements plus riches.

Des feuilles mortes recouvrent le fumier de cheval déjà décomposé au pied d’un radis qui fleurit et fructifie en même temps.

A la mi-novembre, un petit groupe est allé récupérer dans un centre équestre du fumier, crottin de cheval mêlé à de la paille en cours de décomposition (deux grandes poubelles pleines !). Il a été épandu en surface entre les plants de vivaces. Ensuite, c’est un tapis de feuilles mortes qui a recouvert la terre: la décomposition va bon train avec la vie du sol qui se développe ! L’application Whats App des jardiniers fonctionne à plein régime, la communication est intense pour coordonner les tâches et convenir de rendez-vous pour se retrouver au jardin en dehors des temps d’animation de Libre Cueillette. Une après-midi Halloween a été organisée dans le local commun d’Escoundé. Très demandé, il faut réserver des créneaux horaires pour les réunions.

Des fleurs sont encore épanouies parmi les plantes potagères jusqu’en décembre.

C’est ainsi que les jardiniers ont de nouveau entrepris de créer une association. Le nom d’Amalur étant déjà pris, Kattalin et Astrid proposent de la nommer « Potager Amalur », comme cela il n’y aura pas de confusion possible. C’est Yves qui est élu à la présidence et se chargera des formalités administratives. A la demande du groupe, Libre Cueillette va animer deux petites fêtes. Le samedi 11 décembre à 16h, Sonia fera réaliser des mangeoires à oiseaux en vannerie sauvage pour décorer les balcons et la séance se clôturera par un goûter partagé. Le samedi 5 février, crêpes partie pour fêter ensemble le premier anniversaire du Potager Amalur et la Chandeleur. Un diaporama permettra de se rendre compte du chemin parcouru et les résultats obtenus depuis la création du jardin partagé.

Animations Libre Cueillette au potager Amalur
Sonia montre à Kattalin l’objet qu’elle a confectionné en vannerie sauvage.
Potager Amalur, travaux d’automne
Mot clé :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *