BAB 2050

Carnet de voyage d’anticipation à Bayonne-Anglet-Biarritz

Quels paysages demain ?

L’association Libre Cueillette d’Anglet, inspirée par les Incroyables comestibles, initiative à Todmorden en Angleterre, cherche à développer et à promouvoir la plantation de végétaux comestibles en ville et à inciter au partage en proposant une récolte ouverte à tous.

Un nouveau projet

Actuellement, ses membres s’alarment sur l’accroissement des constructions et l’imperméabilisation corrélative des sols, mais aussi sur l’absence d’autonomie alimentaire des villes qui conduit à une importation massive des denrées, facteur d’une importante pollution atmosphérique, sonore… et d’un gaspillage énergétique.

L’association lance un projet de carnet de voyage d’anticipation BAB 2050 afin de promouvoir la végétation en ville. Elle souhaiterait montrer que des plantations d’espèces comestibles permettraient de tendre vers une production locale plus autonome, mais aussi que la végétation, en général, engendre de nombreux bienfaits comme l’absorption du gaz carbonique et l’assainissement de l’air, de l’eau, qu’elle équilibre les températures, draine le sol et absorbe l’eau de pluie en évitant les inondations, elle héberge une faune importante, source de biodiversité…

Une ruelle à Montréal

Porteur du projet : Libre Cueillette, association instigatrice du projet, se chargera de la coordination générale.

Partenaires : Associations Graines de Liberté (Bayonne), Bio Divers Cité (Biarritz)…

Lieu : Bayonne-Anglet-Biarritz

Participants :

La population des trois villes – Des artistes peintres – Des animateurs nature

Modalités :

Pour la réalisation de ce carnet de voyage, la population (enfants, jeunes, adultes, établissements scolaires, associations…) sera sollicitée de deux façons différentes :

1) Œuvres réalisées par des amateurs de tous âges

Production de tableaux ou de fresques murales (peinture, dessin, technique mixte associant photo et peinture, street art, B.D., etc.) représentant des villes plus « vertes ».

Sélectionnées dans le cadre d’un concours artistique (Annexe 3), les œuvres primées seront annexées au carnet de voyage.

2) Dialogue ouvert avec les habitants pour recueillir leur avis sur la végétalisation des trois villes (Annexe 4) : la synthèse de ces entretiens enregistrés par les animateurs nature des associations organisatrice et partenaires sera intégrée au carnet de voyage.

Enfin, il sera fait appel à des artistes professionnels ayant recours à un large éventail de techniques picturales ou mixtes, dont les œuvres illustreront le carnet de voyage (Annexe 5).

Ce projet est destiné à faire évoluer les mentalités vers :

  • + de nature (végétale et animale)
  • + de résilience (adaptation au changement)
  • + d’autonomie alimentaire
  • – d’impact sur le réchauffement climatique
  • + de production locale
  • + de relations de voisinage
  • + d’harmonie et de beauté
BAB 2050, un carnet de voyage d’anticipation

Annexes : Sommaire

Annexe 1 : Constat

Annexe 2 : Objectifs

Annexe 3 : Concours artistique

Annexe 4 : Dialogues avec les habitants

Annexe 5 : Artistes professionnels

Annexe 6 : Budget

Annexe 1 : Constat

Pourquoi réaliser un carnet de voyage d’anticipation BAB 2050 ?

Constat : jusqu’à présent, une évolution subie plutôt que souhaitée

Alimentation : absence d’autonomie alimentaire des villes,

Gaspillage énergétique :

  • transport : voitures (bouchons 4 fois par jour, toujours plus tôt, plus longs, sur les grands axes reliant l’agglomération à sa banlieue), camions qui acheminent les produits de consommation courante alimentaire et non alimentaire en raison de la faible production locale,
  • chauffage, climatisation,
  • tondeuses à gazon, taille-haies, souffleurs,
  • éclairage nocturne (pollution lumineuse à l’égard des espèces animales nocturnes telles que les insectes, chauves-souris, hérissons, chouette hulotte…), etc.

Nuisances sonores (et olfactives) de tous ces moteurs

Imperméabilisation croissante du sol urbain,

  • remplacement des villas avec jardins par des immeubles qui occupent tout l’espace vacant,
  • remplacement des haies par des murs ou des grillages de plus en plus hauts derrière lesquels les propriétés individuelles ou collectives s’enferment,
  • élargissement et imperméabilisation des voies de circulation, y compris les places piétonnières
  • busage ou canalisation des ruisseaux
  • envoi des eaux pluviales dans des réseaux, sans stockage pour les besoins non alimentaires

Avec la densification de l’habitat, accroissement de la crainte d’insécurité, de la défiance, de l’incivilité sur la voie publique lors des déplacements urbains insuffisamment fluides, de conflits de voisinage,…

Maladies « de société » : maladies générées par la sédentarité, la mauvaise alimentation (en qualité, en quantité), le stress et la fatigue nerveuse de la vie urbaine, la pollution (de l’alimentation, de l’eau, de l’air…), etc.

Représenter la ville « plus verte »

Annexe 2 : Objectifs

1/ Inciter les citadins à réfléchir à l’avenir de leur ville et leur faire sentir qu’ils peuvent agir concrètement et personnellement pour orienter son évolution.

2/ Autonomie alimentaire des villes :

Sensibiliser à la nécessité de tendre vers l’autonomie alimentaire des villes (fruits et légumes) et de donner la primauté aux circuits courts d’approvisionnement pour tous les produits de consommation courante.

3/ Sensibiliser aux bienfaits de la végétation :

Sur le plan physique :

  • Elle amortit les bruits de la ville.
  • Elle réduit les écarts de température, elle atténue les canicules estivales et les rigueurs hivernales.
  • Elle protège des vents violents.
  • Elle draine le sol et freine l’écoulement des eaux pluviales, réduisant le risque d’inondation.
  • Elle absorbe l’eau qu’elle restitue progressivement par sa transpiration, tempérant l’atmosphère.

Sur le plan chimique :

  • Elle assainit l’air et l’eau.
  • Elle absorbe au cours de la photosynthèse le gaz carbonique, facteur de réchauffement climatique.

Sur le plan biologique :

  • La végétation sauvage héberge et nourrit une faune sauvage absolument nécessaire à nos cultures vivrières (abeilles, auxiliaires du jardinier comme les coccinelles, les hérissons, les oiseaux insectivores, etc.). Condition : lui laisser accomplir son cycle complet depuis la germination, en passant par la maturation et la production de graines, puis son dépérissement.

Sur le plan esthétique :

  • elle embellit la ville et la rend plus accueillante.

4/ Accroître le lien social, inciter à la circulation douce :

Montrer qu’un aménagement urbain différent, grâce à l’omniprésence de la nature autour de tous les bâtiments et le long des voies publiques, peut atténuer les tensions, encourager le lien social, inciter à la circulation douce (piétons, cyclistes, trottinette…) et à un acheminement autonome des enfants entre leur domicile et l’établissement scolaire.

Un air plus sain, une température estivale plus douce

Annexe 3 : Concours artistique

Réservé uniquement aux amateurs

Inscription par mail : contact@libre-cueillette.net

Catégories : 2-5 ans, 6-10 ans, 11-15 ans, 16-18 ans, adultes, œuvres collectives

Techniques : peinture (aquarelle, huile, pastel,…), dessin, Street Art, Lowbrow Art, techniques mixtes alliant photo et peinture, B.D., etc.

Sujet :

Choisir un lieu précis de l’une des trois villes, comportant peu ou pas de végétation, (par exemple un établissement scolaire, une rue, une place, une zone commerciale, artisanale ou industrielle, le port, …).

Le photographier, puis, sous le même angle de vue, le représenter totalement intégré au sein de la Nature (végétale, animale, nourricière, protectrice, décorative, ludique…) en suggérant les conséquences sur l’ambiance, l’atmosphère, le mode de vie…

Dépôt des photographies des œuvres par mail à : contact@libre-cueillette.net

Date limite de dépôt : 25 avril 2021

Jury: composé d’un artiste, d’un enseignant, d’un conseiller municipal de chacune des 3 villes et d’un membre de chaque association organisatrice ou partenaire

Résultats du concours: ils seront annoncés le 30 avril 2021 en page d’accueil du site Internet http://libre-cueillette.net/

Remise des prix : lors d’une cérémonie en un lieu et une date à définir.

Intégration des œuvres primées en annexe au carnet de voyage : Les œuvres originales seront photographiées par un photographe professionnel ou scannées en bonne résolution. Il sera également demandé la photo du lieu représenté.

Une ville moins minérale, avec plus de biodiversité

Annexe 4 : Dialogues avec les habitants

Déroulement :

A chaque session en extérieur de l’un des artistes professionnels, un animateur nature sera présent.

Rôle de l’animateur nature :

Il aura pour tâche d’aller à la rencontre des gens (habitants, commerçants, enseignants, parents d’élèves, enfants, jeunes, employés…) pour engager le dialogue avec eux :

– expliquer la démarche, décrire le projet du carnet de voyage d’anticipation BAB 2050 (une petite brochure pourra servir de support), sensibiliser à la végétalisation urbaine (vergers, potagers, plantes sauvages)

– informer sur le travail de l’artiste dans le quartier,

– écouter les réflexions positives ou négatives,

– prendre note de l’accueil (indifférent, chaleureux, hostile, amusé…).

Enregistrement des entretiens :

Le texte en regard des illustrations du carnet sera une synthèse de ces échanges informels, non personnels, non nominatifs. Il sera rédigé par l’association Libre Cueillette, en collaboration avec ses partenaires.

Vers l’autonomie alimentaire des villes

Annexe 5 : Artistes professionnels

Un large éventail de techniques et de styles :

Pour l’ensemble des 3 villes : 75 œuvres, 15 artistes (5 œuvres par artiste), 15 techniques et styles différents (aquarelle, dessin, Street Art, Lowbrow Art, techniques mixtes alliant photo et peinture, B.D., illustrations pour les enfants, etc.).

Sujet :

Choisir un lieu précis de l’une des trois villes, comportant peu ou pas de végétation, (par exemple un établissement scolaire, une rue, une place, une zone commerciale, artisanale ou industrielle, le port, …), le photographier, puis, sous le même angle de vue, le représenter totalement intégré au sein de la Nature (végétale, animale, nourricière, protectrice, décorative, ludique…) en suggérant les conséquences sur l’ambiance, l’atmosphère, le mode de vie…

Préalable :

Préalablement à leur travail, une liste de lieux sera proposée aux artistes, sans qu’elle soit ni exhaustive ni exclusive. Des informations leur seront apportées sur des modes de végétalisation possibles avec l’incidence sur la faune sauvage. Les artistes devront impérativement être capables de dessiner la flore et la faune.

Modalités :

Les œuvres devront être réalisées (ou au moins initiées) en extérieur, les artistes travaillant en binôme avec les animateurs nature.

Annexe 6 : Budget

Les artistes professionnels et les animateurs ne pourront débuter qu’à l’issue de la procédure d’obtention d’un financement. Un budget est à l’étude, y compris pour la mise en page, l’impression, l’édition et la distribution du carnet de voyage d’anticipation BAB 2050. Il fera l’objet de demandes de subvention et de recherches de parrainage.

Ville nourricière, plus tranquille
BAB 2050
Mot clé :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *